atelier Genres et Sexualités//Stéréotypes et Sexisme 8/09/2020

Les ateliers reprennent!   Le 8 septembre 2020, au FJT Ker Heol à Brest

  • OBJECTIF GLOBAL DES ATELIERS :

Les ateliers s’inscrivent totalement dans le projet associatif de DIFENN et dans l’objet que l’association s’est donné, à savoir : la prévention des agressions sexistes et sexuelles

  • OBJECTIFS FONCTIONNELS :

– ouvrir un espace de discussion autour des thĂ©matiques suivantes :

stéréotypes de genre, consentement, sexisme (mécanique sexiste), homophobie, genres et sexualités

– comprendre comment la mĂ©canique sexiste se met en place (comme toute mĂ©canique discriminatoire) et identifier ses principales Ă©tapes : diffĂ©renciation, focalisation, pĂ©joration, lĂ©gitimation

– faire le lien entre les stĂ©rĂ©otypes (et le système des discriminations/privilèges qu’ils vĂ©hiculent et renforcent), et la culture du viol (versus la culture du consentement)

comprendre la notion de consentement (dans les relations affectives comme dans les relations sexuelles), acquérir des outils pour exprimer/entendre un consentement libre et éclairé

– faire le lien entre sexisme et homophobie, entre sexisme et identitĂ©s genrĂ©es stĂ©rĂ©otypĂ©es, entre sexisme et sexualitĂ© phallocentrĂ©e

  • OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES :

Les objectifs pédagogiques sont définis à l’issue de rencontres et d’entretiens avec nos partenaires, selon les besoins/demandes identifiées, et les caractéristiques des groupes (âge, sexe, composition, filières…)

Les plans d’ateliers déjà construits donnent une idée précise de que peuvent être les objectifs pédagogiques des ateliers et de comment ils peuvent être formulés.

En voici quelques uns à titre d’exemple :

  • dĂ©finir les notions abordĂ©es dans les ateliers : « stĂ©rĂ©otype », « genre » , « sexe », « consentement », « sexisme », « homophobie »

  • identifier le processus de diffĂ©renciation homme/femme

  • prendre conscience des principaux stĂ©rĂ©otypes de genre qui nous habitent et commencer Ă  les dĂ©construire

  • identifier le processus de diffĂ©renciation et de pĂ©joration : comment les stĂ©rĂ©otypes vĂ©hiculent les discriminations/privilèges

  • faire la synthèse des Ă©changes : sexisme – stĂ©rĂ©otypes – discriminations-consĂ©quences-changements possibles : voulons-nous changer les choses? comment ?

  • informer sur les structures d’accueil/d’écoute

  • DÉMARCHE PÉDAGOGIQUE :

Difenn étant une association féministe militante d’éducation populaire, nous partons de là où les participant.e.s sont pour permettre les échanges, la libre expression, le respect de chacun.e, la prise de conscience et la réflexion.

Nous posons donc un cadre sécurisant et clair ensemble avec le groupe.

Nous essayons au mieux de ne pas présupposer du savoir ou du non-savoir des participant.e.s, nous sommes à l’écoute de leurs questionnements/idées/réflexions (tant que le cadre posé ensemble est respecté).

Nous privilégions une démarche pédagogique émancipatrice : nous fabriquons un savoir commun avec les participant.es, qui de fait leur est accessible et qui fait sens. Ainsi, à l’exception de certaines données importantes à transmettre (statistiques/chiffres officiels par exemple), notre intention est de faire émerger les connaissances et les prises de conscience à partir de ce qu’expriment les participant.e.s plutôt que de manière descendante.

Les modes d’expression privilégiée étant différents pour chacun.e, nous alternons des activités en grand groupe et en petits groupes, voire seul.e ; des activités d’expression écrite et orale ; des activités qui engagent le corps et d’autres moins.

Les stéréotypes de genre et les discriminations/violences sexistes étant structurelles, elles font partie intégrante de l’expérience des participant.e.s, il est donc non seulement aisé mais aussi fondamental de partir de cette expérience-là pour arriver à une potentielle émancipation/transformation.

Une démarche d’éducation populaire induit aussi un travail sur le long terme, à l’opposé de la prestation de service. Nous tenons donc à établir des partenariats solides et basés sur la confiance avec les structures qui nous sollicitent, à construire ensemble un réel projet d’éducation, en mettant en commun nos outils, nos visions, et nos contraintes pédagogiques.

  • ACTIVITÉS / OUTILS :

Comme pour les objectifs pédagogiques, les activités et outils que nous allons choisir pour mener les ateliers vont dépendre des spécificités de chacun des groupes.

Ainsi, pour travailler autour de la notion de consentement, nous n’allons pas utiliser les mêmes outils pour des classes de 6ème que pour des classes de lycée.

Sachant que les plans d’ateliers déjà construits donnent également une idée plus précise, voici quelques exemples ci-dessous :

  • un.e des animateurices propose de poser le cadre ensemble (confidentialitĂ©/respect/non jugement) et l’autre note au tableau ce qui ressort des Ă©changes

  • Par groupe de 3 (4 groupes) ; les Ă©lèves prennent chacune 1 « carrĂ© genre » et 1 mot/phrase stĂ©rĂ©otype.

Le groupe discute et attribue les carrés + mot/phrase à un homme/une femme/les 2. Représenter au tableau 3 colonnes : lui/elle/les 2.

Puis, debrief en grand groupe : les élèves viennent positionner leur carte+mot/phrase dans une colonne en expliquant leur choix.

  • Lors de la restitution, on dĂ©finit ensemble les termes stĂ©rĂ©otypes/genre/sexe en notant au tableau.

  • Reprendre le tableau prĂ©cĂ©dent et demander au groupe comment on peut les rĂ©partir (pouvoir/argent/extĂ©rieur de la maison // faiblesse/care/intĂ©rieur de la maison/enfants/social/relationnel) → rĂ´le des femmes dĂ©savantagĂ© par rapport Ă  celui des hommes.

  • Poursuivre avec Ă©changes autour de cĂ©lĂ©britĂ©s : connaĂ®t-on plus d’hommes/de femmes ?

    Citer des métiers « masculins »/ »féminins » que remarque-t-on ?

  • VidĂ©o « Relation Père-fille » : regarder la vidĂ©o et animer les Ă©changes avec la fiche d’accompagnement.

Par groupe de 4, proposer de réécrire la scène de manière non sexiste.

  • Poursuivre les Ă©changes soit avec des cas amenĂ©s par les Ă©lèves elles-mĂŞme soit avec des cas que nous amenons (slutshaming, harcèlement → mettre en valeur la lĂ©gitimisation des actes/propos sexistes)

  • Conclusion (avec la vidĂ©o Qu’est-ce que le sexisme?) + proposer les petits papiers pour retours + distribuer les brochures et ressoursographies.

ATELIER STÉRÉOTYPES DE GENRE FOYER DE JEUNES TRAVAILLEUSES.EURS QUIMPER 3 octobre 2019

Les stĂ©rĂ©otypes de genre, parlons en, dans un petit groupe, dans un espace bienveillant et confidentiel, quelles sont les normes de genre dans notre sociĂ©tĂ©? Certaines aptitudes/comportements/traits de caractère sont liĂ©es au sexe biologique? Quelles sont les injonctions faites aux femmes, aux hommes? comment ça se traduit? Dans le privĂ©, avec les amis, en famille, au travail, en stage?….

Comment?

Avec des cas pratiques, des jeux, des vidĂ©os…

OĂą?

Au Foyer des jeunes travailleuses.eurs à Quimper, rue de Saint Exupéry

Pour Qui?

Pour les résident.e.s du foyer (10-15 places)

Combien de temps?

2h,  en mixité

ATELIERS SENSIBILISATION AU LYCÉE MARITIME DU GUILVINEC 12 septembre 2019, 14 novembre 2019 et janvier 2020

Le partenariat avec le lycĂ©e se poursuit, pour la 4ème annĂ©e consĂ©cutive! Pour toutes les classes de tous les niveaux cette fois, ça prend de l’ampleur.

6 ateliers, avec deux groupes de 12 à chaque fois, sont prévus de septembre à décembre:

Les 12/09/19, 14/11/19 et un autre en janvier 2020

Les classes de seconde commenceront avec un atelier sur les stéréotypes de genre
Les classes de 1ères continueront avec un atelier sur la notion de consentement
Les classes de terminales poursuivront avec un atelier sur les discriminations

Des jeux, des exemples, des vidĂ©os, des discussions, des situations pratiques…Le tout sur mesure pour un Ă©change en petits groupes dans la bienveillance.

Atelier sur le consentement collège de Plouescat_4ème-13 juin 2019

Le 13 juin 2019, la classe de 4ème du collège de Plouescat (29) nous invite à proposer deux ateliers avec les adolescente.e.s, en non mixité.

pour Ă©changer sur le thème du consentement*.. Un temps privilĂ©giĂ© pour parler de tout ça, en petit comitĂ©. On a hâte d’y ĂŞtre!

*

  •  Le consentement n’est jamais acquis et dĂ©finitif : ce n’est pas parce qu’on dit « oui » une fois qu’on dira « oui » le lendemain, ce n’est pas parce qu’on a dit « oui » Ă  une personne qu’on dira « oui » Ă  une autre personne,  ce n’est pas parce qu’on a dit « oui » Ă  une pratique sexuelle qu’on dira « oui » aux autres pratiques sexuelles.
  •  Pas de situation coercitive : les deux partenaires doivent ĂŞtre libres d’exprimer ouvertement leur avis : mais qu’en est-il quand l’un-e ou l’autre est timide ? gĂŞnĂ© par la situation ? quand l’autre tente de le/la persuader, de nĂ©gocier la situation ?
  • Etre en mesure d’exercer son consentement : nous ne sommes pas en pleine maĂ®trise de nos capacitĂ©s de rĂ©flexion lorsqu’il y a de l’alcool et/ou de la drogue.
  • Etre informĂ© de toutes les options : mais lorsque nous sommes face Ă  un modèle de sexualitĂ© normatif comme le nĂ´tre, quelle est notre marge de libertĂ© ?  Comment exprimer ses dĂ©sirs sans ĂŞtre sĂ»r-e de ce qu’on aime 

Ateliers sur le consentement Ă  Morlaix dans le cadre du festival contre les discriminations_20 mars 2019

Dans le cadre du festival contre les discriminations, le Point Info Jeunes de la ville de Morlaix nous accueille, dans le cadre d’un second partenariat.

Le 20 mars 2019

Pour poursuivre le travail entamĂ© l’an dernier sur les stĂ©rĂ©otypes de genre, nous arrivons cette annĂ©e avec des ateliers sur la thĂ©matique du consentement Ă  destination de:

-Terminales ASSP au lycée Tristan Corbières de 10h à 12h

-Les jeunes de l’IBEP Ă  la Mjc de Morlaix l’après midi

StalioĂą labour e skolaj Diwan Kemper 25 a viz meurzh 2019

Pedet omp bet da ginnig stailoĂą labour diwar benn ar stereotipoĂą jener hag ar fed kenansantiñ* ‘ba skolaj Diwan Kemper, a gevret gant strollad Plnnaing Montroulez ha merc’hed strollad Direizh menezhioĂą Arre!

Kinniget ‘eo bet 2 atalier 2 eurvezh pep hini:

  • Da 10e : stal-labour evit ar re 4re / StereotipoĂą jener
  • Da 2e (10 plas) : stal-labour evit ar re 3de / Kenansantiñ
* ar stal-labour a roio digarez da eskemm, da gomz deus hon bevennoĂą en darempredoĂą- ha pa vefent mignoniezh, karantez pe seksel- deus hon buhez pemdez dre vras gant ar re all. A-benn ma c’hellfe pep hini kavout mennozhioĂą a glot gant h.e buhezioĂą hag h.e c’hoantoĂą.

Concerto pour salopes en viol mineur: et après on creuse ! Brest 28&29 janvier

La compagnie « Appoggiature » nous invite Ă  venir co animer des ateliers dans le cadre de l’accompagnement du spectacle « Concerto pour salopes en viol mineur »

Les Ă©tudiants de l’ENIB (Ă©cole nationale d’ingĂ©nieur de Brest) assiste au spectacle dans un premier temps, puis, quelques jours après, nous venons Ă  plusieurs intervenant.e.s dĂ©cortiquer ensemble les notions de violences, de consentement:

Plusieurs groupes de 15 personnes sont constituĂ©s, pour que chacun.e ait la possibilitĂ© d’Ă©changer pendant 1h30, tout au long de deux journĂ©es consacrĂ©es Ă  ce projet: les 28 & 29 janvier 2019.

DIFENN sera donc au côté de :
– SĂ©bastien : enseignant Ă  l’ENIB et comĂ©dien, il modère la discussion.
– Jessica Roumeur, comĂ©dienne et autrice de la pièce « Concerto pour Salopes en viol mineur » qui pourra rĂ©pondre aux questions sur la pièce.*
– Patricia Gagnant, travailleuse sociale Ă  l’AGHEB dont le quotidien est d’accueillir, conseiller, orienter les victimes de violences conjugales.

*La majeure partie des textes du Concerto pour salopes en viol mineur a Ă©tĂ© rĂ©digĂ©e dans le cadre de mon engagement dans le projet Silence on viole. Ils ont Ă©tĂ© Ă©crits Ă  partir de paroles entendues auprès de diffĂ©rentes personnes (dans la rue, Ă  la tĂ©lĂ©vision, dans le cercle familial, amical, dans des bars, Ă  l’école, etc.) autour de la question du viol et plus particulièrement sur le statut de victime. Ils sont rĂ©pĂ©titifs, vulgaires (dans les deux sens : grossiers et quotidiens) et dĂ©nuĂ©s de toute enjolivure. Tour Ă  tour placĂ©s dans la bouche de l’opinion publique, des victimes ou bien encore des violeurs, les mots sont hachĂ©s, assenĂ©s et rĂ©pĂ©tĂ©s pour donner Ă  voir toute la violence ou l’absurditĂ© qu’ils comportent. A force de rĂ©pĂ©tition, ils sont dĂ©pouillĂ©s de leurs sens pour ne devenir qu’une matière sonore. L’idĂ©e du Concerto (etc.) m’est venue presque par hasard, par assemblement de sons, puis cela a pris du sens. Le concerto Vivaldi, l’un des plus populaires, est devenu une trame, un schĂ©ma Ă  suivre, comme une règle du jeu…. Jessica Roumeur

Mjc Douarnenez, on y retourne le 14/02/2019!

Les adolescent.e.s (13-17 ans) de la mjc de Douarnenez nous accueille à nouveau pour deux ateliers consécutifs le jour de la saint valentin: rien de tel que déconstruire les stéréotypes de genre et de décortiquer la notion de consentement le 14/02!

Atelier #3 au lycée Roz Glas à Quimperlé

Un nouveau partenariat avec le lycée Roz Glas à Quimperlé, pour une classe de seconde!

3 ateliers, avec deux groupes à chaque fois, sont prévus de janvier à mai 2019:

Le 24 janvier, ils commenceront avec un atelier sur les stéréotypes de genre
Le 25 avril, ils continueront avec un atelier sur la notion de consentement
Le 16 mai, ils poursuivront avec un atelier sur les discriminations

Des jeux, des exemples, des vidĂ©os, des discussions, des situations pratiques…Le tout sur mesure pour un Ă©change en petits groupes dans la bienveillance.

Atelier #2 au lycée roz glas à Quimperlé

Un nouveau partenariat avec le lycée Roz Glas à Quimperlé, pour une classe de seconde!

3 ateliers, avec deux groupes à chaque fois, sont prévus de janvier à mai 2019:

Le 24 janvier, ils commenceront avec un atelier sur les stéréotypes de genre
Le 25 avril, ils continueront avec un atelier sur la notion de consentement
Le 16 mai, ils poursuivront avec un atelier sur les discriminations

Des jeux, des exemples, des vidĂ©os, des discussions, des situations pratiques…Le tout sur mesure pour un Ă©change en petits groupes dans la bienveillance.